Introduction

Nous savons que durant la Première Guerre Mondiale, toutes les informations n’étaient pas dévoilées, à l’arrière en particulier. Tout était contrôlé par l’armée. Malgré ce contrôle constant, la presse était dans une position favorable (les tirages, surtout à Paris, ont augmenté), en raison d’une forte demande d’informations sur la guerre par l’arrière. Mais aussi parce que l’avant voulait savoir ce qui se disait de la guerre à l’arrière, et s’ils recevraient de l’aide.

Publicités

Pourquoi contrôler la presse et à qui cela profite-t-il ?

LES RAISONS DU CONTRÔLE PAR L’ARMÉE DE LA PRESSE ET DE L’INFORMATION

-Garantir la sécurité : garder secrètes certaines informations qui pourraient être exploitées par l’adversaire.

-Assurer le moral des troupes et de l’arrière : la presse constitue un enjeu considérable pour le déroulement de la guerre. Le moral des soldats et celui du pays sont à la merci de la presse de l’époque. Du moral des soldats va découler l’issue de la Guerre. « Les bonnes nouvelles font briller la lueur d’espérance » Note sur la presse.

Ces deux nécessités l’emportent sur la liberté de la presse et de l’information : il faut les contrôler.

Ainsi, lorsque Pétain (nommé commandant en chef des armées françaises) remplace Nivelle Le 15 mai 1917, il est chargé de réprimer les mutineries et de ramener la confiance des troupes (il impose de dures mesures disciplinaires) et il va prendre les mesures nécessaires pour que la presse contribue pleinement au redressement. Il va donc orienter la presse, voir quels sont les sujets à éviter et les sujets à inspirer ou à propager (lettre de P. Pétain)

Pétain avait très bien compris l’intérêt de cette presse, la lecture des journaux a une influence directe sur le moral des soldats sur le front. Il faut guider la presse pour pour qu’elle ait une action psychologique .
Pétain demandera régulièrement à ce qu’on lui adresse un rapport « au sujet de la diffusion de la presse dans les armées, et de l’influence qu’elle peut exercer sur le moral des troupes ».

CE CONTRÔLE PROFITE A L’ARMÉE ET A L’ÉTAT

A l’armée dans un premier temps et au gouvernement ensuite :
– D’août 1914 à avril 1917 : c’est le haut commandement qui domine la presse.
– D’avril 1917 à novembre 1918 : c’est le gouvernement qui domine.

Ces deux institutions ne s’entendaient pas, il y a eu des crises mais, elles se termineront toujours en faveur du gouvernement.

Durant toute cette guerre, la presse va donc être dirigée, surveillée au profit de l’État et de l’armée.

De la propagande à la censure, au contrôle des médias et de l’information par l’armée

Propagande, censure et désinformation (2a.) mais aussi un contrôle préalable de l’information (2b.)