Des « fuites d’informations » à travers les radios

Malgré tous les efforts de l’Etat pour contrôler l’information, grâce à la censure et à la propagande, il y a eu quelques « fuites d’informations ».

La majorité des fuites d’informations dans les médias étaient principalement dues à la radio, et plus particulièrement à Radio-Londres, avec le Général de Gaulle. Dans les messages qui étaient transmis aux résistants, figuraient des informations sur la position des armées ennemies, afin de leur éviter les arrestations.
C’est pour ce genre de raison que cette radio a été interdite d’écoute en France, jusqu’à la fin de la guerre. Bien que cela soit illégal, de nombreuses personnes écoutaient ces informations radiophoniques car elles diffusaient des informations en défaveur des Allemands. Comme le montre Paul MAURIN , dans son livre « Propagande contre propagande en France 1939-1945 » :

« Les affiches avaient un impact obligatoirement parce qu’il y avait peu de gens qui avaient la radio à l’époque, d’ailleurs, la radio… quelle radio on écoutait ?… C’était Radio-Lyon qui était la radio du secteur, une radio d’Etat, contrôlée bien entendu ! On écoutait avec mes parents Radio-Sottens, c’était la radio suisse, on était assez près pour l’entendre… Oui, on s’accrochait à ce qu’on avait : de l’information. Après, dès qu’on a pu écouter Londres (en 1941) on a écouté Londres. Mes parents l’écoutaient le soir. Bien sûr, on fermait tout…»

On peut dire qu’une « guerre » avait lieu entre l’armée qui voulait contrôler l’information et des radios, des journalistes, des résistants qui ripostaient et émettaient des informations codées ou utilisaient des radios étrangères pour transmettre les informations qui échappaient au contrôle de l’armée.