Des tentatives de contrôle de l’information de la Guerre en Irak par l’armée (III.1). Mais des fuites ont lieu. (III.2)

Wikileaks Irak

La guerre en Irak vue par Wikileaks.

Wikileaks est un site Internet créé par Julian ASSANGE : il dévoile des vérités a propos des guerres en Irak et en Afghanistan, à partir de dépêches d’ambassades américaines.

Wikileaks a rendu public fin 2010, environ 400 000 rapports de l’armée américaine en Irak.
Celui-ci accuse notamment les autorités américaines d’avoir été au courant, sans intervenir, des mauvais traitements infligés à des prisonniers par l’armée et la police irakiennes. C’est apparemment une réalité quotidienne, des forces de sécurité privées, sont prêtes à ouvrir promptement le feu, pour des raisons futiles.
D’autres informations sont dévoilées, ainsi la mort de milliers de femmes et d’hommes, victimes d’exécutions sommaires, découvertes par l’armée américaine.
Les soldats américains auraient tués eux aussi, près de 600 civils en ouvrant le feu sur des véhicules pris pour une menace.
Le nombre de victimes irakiennes était minimisé dans les rapports américains.

Wikileaks est un nouveau média : un cybermédia. Julian ASSANGE veut défendre les valeurs de la liberté de la presse.

Nous avons l’exemple de l’effet Wikileaks en Irak (2.a) et le rôle des nouvelles technologies de l’information et de la communication (téléphone, les satellites et Internet) (2.a)

Les nouvelles technologies font leur apparition dans le monde de l’information et de la communication

Wikileaks, pour la liberté d'internet !

Aujourd’hui un autre média a fait son apparition : Internet.
Grâce à lui des milliers de données peuvent être vues, lues, et publiées par des personnes du monde entier à chaque moment. Cela a permis la création d’un site Web lanceur d’alerte, « Wikileaks ». Il donne une audience aux fuites d’information (mais il protège néanmoins ses sources) jusque là considérées comme secrètes car elles pouvaient détériorer les relations diplomatiques entre les pays.

Les documents présentent des informations d’une réalité sociale, politique voire militaire qui seraient cachées à là population
Depuis juillet 2010, les révélations de WikiLeaks sont relayées par de grands quotidiens nationaux, comme le New York Times, The Guardian, Le Monde, El Pais et Der Spiegel. Le filtrage par ces médias permet de conférer aux révélations un style journalistique plus facile à appréhender et d’occulter d’éventuelles mentions dangereuses pour des particuliers.

L’information se développe, elle est plus accessible et il est moins facile de contrôler l’information quelle qu’elle soit. Mais rappelons que sur les 1000 satellites actif en orbite, les États-Unis en possèdent près de la moitié d’entre eux. 50 % sont d’usage civil et 50 % d’usage militaire donc une partie de l’information reste sous le contrôle de l’armée américaine.